En 2018, j’ai choisi de quitter mon emploi de salariée pour me former et devenir rédactrice web SEO. Pourtant, si j’ai réussi ma reconversion professionnelle et que je suis bien devenue freelance sur internet, ce n’est pas la rédaction web qui m’a permis de vivre. Alors pourquoi j’ai lâché l’écriture au bout de quelques mois ? Et surtout, comment j’ai fait pour gagner ma vie ? Retour sur mon expérience.

 

Pourquoi j’ai choisi la rédaction web pour ma reconversion professionnelle

Quitter mon job oui, mais pour faire quoi ?

Nous sommes début 2018 et à l’époque, je cherche désespérément un moyen de quitter mon emploi pour trouver une activité qui me fait vibrer. Après 7 ans d’expériences professionnelles, le constat est évident : je ne suis pas à ma place. La banque, la fiscalité, le conseil… Tout ça fait bien joli sur le CV (et en société), mais la vérité c’est que je m’ennuie profondément. J’ai fait des choix de carrière guidés par la pression de la société, (ou du moins, celle que je me suis mise) et le fait est que ma vie professionnelle ne me ressemble pas. Alors partir, oui, mais pour faire quoi ?

La rédaction web, le déclic

Cette question, je me la suis posée pendant plus d’un an. Un an de réflexion, de guerre psychologique pour savoir ce que je pourrais bien faire de ma vie. Et un beau jour, le ciel a dû finir par m’entendre, car je tombe sur un article sponsorisé sur la rédaction web. Je clique, avec un mélange d’excitation et de curiosité et je tombe sur le blog de Lucie Rondelet. Elle y partage son quotidien de rédactrice et parle surtout de son métier. C’est une révélation pour moi. Écrire sur internet tout en étant payé, c’est vraiment un job ça ? Cerise sur le gâteau, c’est une activité qu’on peut faire en travaillant à la maison.

Les lumières se mettent à clignoter dans ma tête, enfin… J’adore écrire, j’écris depuis que je suis petite. Je suis la fille qui sautait de joie quand la maîtresse annonçait une dictée. Je suis la fille qui a choisi la section littéraire. Celle qui préfère lire des bouquins pendant que ses copines sortent en boîte. La fille qui voulait être journaliste quand elle était petite. Enfin… enfin une activité qui a du sens. Un véritable déclic pour moi ! Alors je me lance.

Le début de ma nouvelle vie

À compter du moment où j’ai la certitude que la rédaction web est faite pour moi, le reste va très vite. En janvier je dépose ma démission et je m’inscris pour rejoindre la première promo d’Origami, la formation en rédaction web de Lucie. En mars, je quitte définitivement mon emploi et je démarre ma nouvelle vie. À ce moment-là, je ne sais pas encore que ma carrière de rédactrice sera très brève.

Je suis assidûment chaque cours de la formation. Et puis je contacte Lucie, car chance pour moi, elle vit en Nouvelle-Calédonie, comme moi. La formation inclut une séance de coaching et je suis trop impatiente pour attendre, alors je lui propose qu’on se la fasse en direct. Nous voilà donc autour d’une table, par une belle matinée de mars, à discuter de rédaction web et de nos vies. Et là, quelque chose de magique se produit.

 

Devenir l’assistante virtuelle d’une infopreneur, une opportunité en or

Ce qu’il faut savoir, c’est que de nombreux infopreneurs (des blogueurs professionnels qui vivent de la vente de formations en ligne) prévendent leur programme avant même de l’avoir conçu. C’est le cas de Lucie qui construit la formation que je suis au fur et à mesure. Je ne sais plus exactement comment la discussion en arrive là, mais le fait est qu’elle me propose de l’aider à créer ses cours. Mon job ? Transformer les scripts des cours en PowerPoint et faire du montage vidéo.

J’accepte évidemment sa proposition. Être payée pour faire du montage ? Sérieusement ? Plutôt deux fois qu’une ! C’est le début de notre collaboration. Rapidement, elle me confie d’autres tâches, comme la gestion de sa boîte email (elle croule sous les messages), la rédaction d’articles, etc. L’opportunité est trop belle. Non seulement j’ai accès à la formation en accéléré (je vois tous les cours avant les autres), mais en plus je découvre les coulisses du métier d’infopreneur. Mon activité de freelance démarre dès le premier mois, et ça, c’est quand même ultra confortable pour moi.

 

Pourquoi j’ai décroché de la rédaction

En juin 2018, après le début de notre collaboration, mon couple traverse une crise. Je prends la décision de quitter la Nouvelle-Calédonie pour passer quelques mois en France. Après tout, je peux me le permettre puisque je suis à présent freelance sur internet. Alors je pars rejoindre ma famille. Je n’ai clairement pas la tête à travailler, alors je laisse la rédaction web de côté et je me concentre sur mon activité d’assistante pour cette cliente. Le chiffre d’affaires continue à rentrer, la pression financière est donc moins pesante.

Mes responsabilités deviennent de plus en plus importantes et en quelques semaines, je passe finalement d’assistante, à bras droit. À ce moment précis, la formation est terminée et je commence à décrocher mes premières missions en tant que rédactrice web.

 

De rédactrice web à assistante blogueuse à plein temps

Les mois passent et je me rends compte assez vite que je rechigne à rédiger les textes de mes clients. Je préfère 1000 fois travailler aux côtés de cette cliente que d’écrire pour le web. Pourquoi ? Parce que je suis quelqu’un qui a besoin d’apprendre et de faire des choses différentes au quotidien. Si je suis quelqu’un de très routinier dans ma vie personnelle, professionnellement c’est tout l’inverse.

Faire la même chose chaque jour est très ennuyeux pour moi. Quand j’écris pour mes clients, le process est le même : phase de recherches, rédaction, relecture et envoi. En tant qu’assistante web, mes journées ne se ressemblent pas. Je gère le compte Pinterest de ma cliente, je créé du contenu pour ses réseaux sociaux, je m’occupe de son blog, je revois sa page de vente, on réfléchit à sa stratégie, bref, ça n’a rien à voir. Surtout qu’en parallèle, je suis d’autres formations : Instagram, Copywriting, email marketing, je ne m’arrête plus.

Autre point important… la rédaction web me demande beaucoup de concentration et ce en permanence. Pour rédiger un texte sans fautes, il faut être très concentré, pour faire des recherches sur des sujets techniques aussi. En tant qu’assistante, mon niveau d’attention n’a pas besoin d’être aussi soutenu. Je peux facilement répondre aux emails avec Desperate Housewives en fond sonore. Je ne dis pas que je ne suis pas concentrée quand je travaille… mais en rédaction le niveau d’attention doit être constant, ce qui est moins le cas pour mon activité d’assistante web.

Autre chose m’alerte… je me rends compte qu’alors que la plupart des mes collègues rédacteurs web doivent régulièrement partir à la chasse aux clients, mon revenu à moi est beaucoup plus régulier et prédictible. Alors que la rédaction web est une dépense sur laquelle les entrepreneurs peuvent facilement faire impasse. Je n’ai donc pas d’inquiétude sur la pérennité de mon job, je sais que notre collaboration c’est du solide.

Fin 2018, je prends la décision d’arrêter la rédaction web.

 

Assistant web, c’est un vrai métier ça ?

Mon cas était-il unique ?

J’ai bossé exclusivement avec cette cliente pendant plus de deux ans et pendant longtemps, j’étais persuadée que j’étais un cas unique. Que j’avais décroché le gros lot et que si ça devait s’arrêter, je serais sacrément dans la m****. Et puis j’ai compris que c’était complètement faux et que le métier d’assistant virtuel avait un sacré avenir devant lui… Je vous explique.

Pourquoi les infopreneurs ont besoin d’aide

Quand j’ai commencé à travailler avec cette cliente, rapidement elle m’a dit “Marie, il faut que tu montes un blog pour former des assistants pour les infopreneurs.”. À l’époque, je n’y connaissais rien. Pour moi, tout ça était nouveau. J’avais déjà du mal à comprendre ce qu’était l’infopreneuriat et encore plus de mal à croire qu’on pouvait en vivre, alors former des gens pour aider ces gens-là… Je ne me sentais pas légitime et surtout, je ne croyais pas en l’opportunité professionnelle, parce que je pensais que mon cas était unique.

Et puis au fil des mois, j’ai bossé avec d’autres blogueurs pro (littéralement des personnes qui ont suivi la formation Blogueur Pro d’Olivier Roland) et j’ai compris qu’il y avait de vrais besoins. Ces gens-là peuvent gagner jusqu’à plusieurs dizaines de milliers d’euros par mois et ils ont un modèle économique qui est TRÈS rentable. Ils ont donc le budget pour engager, et quand leur activité décolle ils se retrouvent sous l’eau. Ils ont une multitude de tâches à accomplir (souvent administratives) et de moins en moins de temps pour se consacrer à leur coeur de métier. Ils ont donc besoin de se faire accompagner.

L’assistant web, la perle rare à trouver

La demande est là, c’est évident… mais la ressource elle, est beaucoup plus difficile à dénicher. Car voyez-vous, le métier d’infopreneur est relativement nouveau en France. Évidemment pas pour ceux qui évoluent dans ce milieu-là, c’est-à-dire les infopreneurs eux-mêmes, mais pour les autres. Quand je dis à ma mère que je suis blogueuse professionnelle, elle me regarde avec des yeux ronds et je vois bien qu’elle ne comprend pas. Je ne peux pas lui en vouloir… Les métiers du web ne sont pas assez mis en avant, et avant de travailler sur internet, je n’y connaissais rien. Pourtant, le marché est là.

Je reviens aux assistants webL’infopreneuriat est un milieu très spécifique et la vente en ligne est un vrai métier qui ne s’improvise pas. Alors trouver un assistant qui comprenne ces spécificités et qui ne soit pas infopreneur relève du miracle. Avant de travailler pour ma première cliente, je n’avais jamais entendu parler d’auto-répondeur, de tunnel de vente ou même de liste email. Je ne connaissais rien au web marketing, aux webinaires et à la vente en ligne. J’ai appris tout ça à ses côtés et en me formant à droite et à gauche (auprès de blogueurs américains pour la plupart).

Durant les deux années où j’ai travaillé pour cette cliente, nous nous sommes rendues à plusieurs événements réservés aux infopreneurs (ça non plus, je ne savais pas que ça existait). À chaque fois notre binôme intriguait. On me demandait si j’avais du temps pour accepter de nouvelles missions. Propositions que je déclinais systématiquement. Le constat était évident, le besoin était là, mais il n’y avait personne pour répondre à la demande.

L’aventure Formation Assistant Blogueur

En octobre 2019 et à l’occasion du Web2Connect, Lauriane, une amie à moi et infopreneure, me ressouffle l’idée… “Marie, pourquoi tu ne créés pas un blog pour former des assistants web comme toi ? Le marché en a besoin.”. Je me suis alors rappelée de cette conversation que j’avais déjà eue avec ma première cliente deux auparavant et là j’ai compris que c’était le bon moment pour moi. Non seulement j’avais l’expertise suffisante pour pouvoir partager mes compétences, mais j’avais aussi le réseau d’infopreneurs pour faciliter les mises en relation. Le projet Formation Assistant Blogueur (et ce blog) est né quelques mois après, en mars 2020 pour être précise.

J’ai donc créé un programme pour former des assistants virtuels aux spécificités de l’infopreneuriat et dans lequel je partage tout ce que j’ai appris pendant plus de deux ans. Aujourd’hui, je me consacre exclusivement à cette activité pour aider les personnes en reconversion professionnelle, mais aussi des freelances sur le web, à développer leur activité en ligne.

 

Travailler sur le web a changé ma vie

Quand j’ai quitté mon emploi, je pensais devenir rédactrice web. Je suis finalement devenue assistante web malgré moi, et ce métier a changé ma vie. Il m’a offert la passion qui me manquait, la liberté de travailler en ligne d’où je veux, le gratitude de travailler sur des projets qui ont du sens, avec des personnes extraordinaires. Il n’y a pas un seul jour où je regrette d’avoir pris le risque de quitter mon petit train-train quotidien pour devenir freelance sur internet.

C’est la raison pour laquelle ce blog existe, pour laquelle vous lisez ces lignes. Je suis profondément convaincue que l’épanouissement personnel passe par une vie professionnelle accomplie. C’est pour ça que j’ai créé Formation Assistant Blogueur.

Si ce que vous avez lu à résonné en vous, si je vous ai donné envie d’en savoir plus sur le métier d’assistant virtuel, vous trouverez des dizaines d’articles à ce sujet sur ce blog. Vous pouvez également passer le test pour savoir si vous avez le profil pour ce job, et bien entendu, vous pouvez également télécharger le programme de la formation si elle vous intéresse.

Quoiqu’il en soit, merci d’avoir pris le temps de me lire.

Marie

 

 

 

 

INSCRIPTION
ACCÉDER À LA MASTERCLASS

7 ÉTAPES POUR DEVENIR ASSISTANTE VIRTUELLE ET CHANGER DE VIE

MASTERCLASS GRATUITE
close-link